Aspirants

La profession d’experts-comptables offre indépendance et richesse intellectuelle. La variété des missions et la diversité des rencontres en font un métier où la routine n’a pas sa place.

Être expert-comptable requiert rigueur, curiosité, un sens poussé d’analyse et de stratégie mais aussi un goût prononcé pour les contacts humains.

Rattaché à un ordre professionnel, tout expert-comptable se doit de prêter serment, à l’instar des médecins, à l’issue de leur diplôme. Les études sont longues : il faut compter 8 années d’études après le bac, dont 5 théoriques et 3 ans de stage professionnel obligatoire avant de pouvoir se présenter à l’épreuve du (Diplôme d’expertise-comptable).

La nouvelle architecture des diplômes

L’architecture des diplômes comptables de l’Etat est calquée sur la nouvelle architecture des diplômes de l’Enseignement supérieur (LMD) :

- Licence : diplôme de comptabilité et de gestion (DCG), 180 crédits (ECTS) correspondant à 2 100 heures d’enseignement ;
- Master : diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG), 120 crédits (ECTS) correspondant à 1 000 heures d’enseignement.

Le positionnement des DCG et DSCG aux grades L et M (décret du 17 novembre 2010 ) renforce la crédibilité de cette réforme, lui donne du sens et améliore la lisibilité de ces deux diplômes pour poursuivre des études en France, en Europe, à l’étranger, ou pour entrer sur le marché de l’emploi. En outre, chaque unité d’enseignement (UE) constituant le DCG et le DSCG représente un certain nombre de crédits européens (European Credits Transfert System, ECTS), sorte de monnaie d’échange facilitant les passerelles à travers l’Europe et au niveau international.

Le grade de doctorat ne s’applique pas au diplôme d’expertise comptable (DEC). Les trois années de stage professionnel ne peuvent être assimilées à des années académiques.