Observatoire de l’économie alsacienne - 2ème trimestre 2015

L’OBSERVATOIRE de l’économie alsacienne, réalisé en partenariat par les experts-comptables, le Crédit Agricole Alsace Vosges et les Dernières Nouvelles d’Alsace, vise à refléter l’opinion des chefs d’entreprise sous l’angle des prévisions d’activité, de l’évolution des effectifs et de la rentabilité pour le trimestre à venir.
Effet de saison, avec l’impact des congés annuels traditionnellement important en France, ou atonie conjoncturelle toujours persistante… Les chefs d’entreprise ne font pas preuve d’un optimisme débordant pour le 3e trimestre de l’année 2015.

Un sur cinq seulement, en effet, compte sur une croissance de son activité cet été. Mais 24 %, soit six points de plus qu’au trimestre précèdent, estiment que leurs ventes vont encore diminuer. Seules les industries alimentaires se détachent nettement, 43 % des répondants de cette branche s’attendant à un surcroît d’activité. Construction et travaux publics semblent aussi plus confiants : la belle saison est généralement bien chargée pour ces métiers, notamment dans les travaux routiers. Mais le commerce de détail et les services sont à la peine. Sans surprises, les anticipations sur les effectifs ne bougent guère. Les prévisions de simple maintien, à 73 %, sont élevées, particulièrement dans le commerce de gros et de détail. Les prévisions de réduction restent à un niveau habituel de 10 à 18 % selon les secteurs, la construction et les travaux publics, au moins pour la saison, revenant dans la norme générale. Au second trimestre, dans cette branche en difficulté, 39 % des répondants prévoyaient des baisses d’effectifs.

On ne détecte aucun signe d’embellie véritable en matière de rentabilité. Dans le secteur du commerce de détail, 38 % des répondants s’attendent à une érosion des résultats, soit dix points de plus qu’au trimestre précédent.

Interrogés sur la mesure de suramortissement des immobilisations, décidée pour un an par le gouvernement, 57 % de l’échantillon interrogés dit avoir eu connaissance de cette mesure censée donner un coup de pouce à l’investissement, et donc à toute l’économie. Parmi les personnes sondées, une sur six est d’accord avec l’idée que cette décision aura un effet positif sur l’investissement industriel, 22 % pensent le contraire et 51 % sont dubitatifs, ce qui paraît très élevé pour une disposition certes temporaire mais bien accueillis par les observateurs patronaux ou institutionnels.

Sondage trimestriel réalisé par EM Strasbourg Partenaires auprès d’un échantillon représentatif de 342 responsables d’entreprises interrogés du 26 juin au 6 juillet 2015.

SOURCE : DNA du 09/07/2015

Télécharger le rapport complet de l’Observatoire de l’Économie Alsacienne - Juin 2015

Posté dans :